PagesParce que naître laisse des traces pour la vie...

samedi 5 juillet 2014

Rompre les liens énergétiques qui nous enchaînent

Avez-vous déjà eu l'impression d'être liée à des personnes de votre entourage par delà votre volonté;  de subir leur ascendant sans pouvoir vous en prémunir ?

Avez-vous déjà souhaité vous libérer d'une relation amoureuse indésirable sans parvenir à rompre ce lien; un lien si fort qu'on le confond aisément avec le réel sentiment amoureux?

Nous tissons avec gens qui composent notre entourage, famille proche ou élargie, amis, etc., une trame énergétique invisible pour l'oeil non aguerri, mais néanmoins réelle. Ce tissu social et surtout personnel nous relie à des personnes avec lesquelles nous souhaiterions parfois prendre une salutaire distance, mais dont la force des liens dépasse notre entendement. Pour illustrer ce phénomène, voici quelques bribes de l'histoire de Nohémie.

Jeune femme dans la trentaine, Nohémie  a vécu une gestation et une naissance fort compliquées et émotivement très éprouvantes. Elle a été confiée en adoption, mais sans que l'identité de ses parents biologiques ne soit estompée. Son père biologique a d'ailleurs conservé des relations épisodiques avec elle.

Ces imbroglios affectifs ont laissé des traces importantes sur la santé physique et émotionnelle de Nohémie et elle souhaite maintenant se délester de ce maillage pour retrouver un meilleur équilibre.  Le travail énergétique sur ses empreintes de naissance est complexe, mais une des étapes importantes pour Nohémie a été de rompre les liens énergétiques qui créaient une dépendance affective avec son père adoptif.

Précision: les liens énergétiques sont lourdement chargés d'émotions vives, souvent des peurs, dont la peur de l'abandon, du rejet, etc. Ces attaches se distinguent des liens du coeur qui n'alimentent pas d'interdépendance.

Or, lors d'une séance avec Nohémie, j'ai rompu pour elle les liens énergétiques très solides qui la soudaient à son père adoptif, afin de les affranchir tous les deux. Les résultats ont été immédiats. Nohémie a ressenti une réelle libération et à l'autre bout de la maison, son père adoptif qui ignorait complètement la nature de la séance a soudainement été pris de vertiges et de nausées. Il était déstabilisé.  Je suis allée lui prêter main-forte pour atténuer ces symptômes et recentrer les liens qui l'unissent à Nohémie vers le coeur, au profit une relation affective beaucoup plus libre. Un lien coeur à coeur, épuré de la peur de perdre, de la peur du rejet, de la crainte de ne pas être à la hauteur, etc.

Cette cassure, non seulement permet aussi à Nohémie de se sentir moins étouffée émotivement, mais elle se sent maintenant complètement libre d'entrer véritablement en relation avec son autre père, son papa bio, sans être encombrée par ses craintes viscérales et souvent inconscientes d'attrister son père adoptif.

Ces ruptures énergétiques permettent de favoriser des relations plus assainies,  plus volontaires, et non forgées à notre insu de lourds enjeux émotifs extrêmement contraignants.

Un tout nouveau chapitre de l'histoire de familiale de Nohémie vient de commencer et elle ressent, pour la première fois, qu'elle pourra en dicter de larges passages. Elle pourra maintenant décider consciemment de la tournure qu'elle souhaite donner à sa propre histoire,  sans en subir silencieusement le déroulement à son corps et à son coeur défendants.


par Madeleine
À partager, si vous le souhaitez, car c'est pour cela que j'écris…pour partager!


crédit photo: finerminds.com

mardi 1 juillet 2014

Délester en soi une mémoire de trahison, pour s’ouvrir à l’autre…


Azalée émerge de son sommeil, barbouillée et encore fébrile d’un rêve oppressant. Une boule lui enserre la gorge et noue son estomac.  Elle se remémore de larges pans de ce songe bien symbolique. Elle ressent encore une tristesse et un désarroi abyssal, elle n’avait jamais ressenti un désespoir si vif, même dans les passages les plus ombragés de son adolescence, cette période la plus difficile de sa jeune existence.  Elle a maintenant 23 ans, au seuil de sa vie d’adulte et de femme.

Dans ce rêve, elle se sent exclue du monde qui l’entoure, ignorée et même dénigrée. Lorsqu’un homme s’approche d’elle et qu’un intérêt amoureux s’éveille, elle voit le visage de cet homme remplacé par celui de son père!!!! Cette dernière portion de son rêve s’avère un cauchemar récurrent, où un homme la séduit puis arbore soudainement les traits déformés et quasi hideux de son père. Une image qui la révulse au plus haut point !   Or, ce songe ramène en surface avec acuité des émotions en latence qu’elle tente de diluer depuis de nombreuses années, et notamment un doute  envers la constance et l’intégrité les hommes.

En apposant les mains sur elle, je laisse ses émotions reliées à ce rêve me conduire  là où son corps a emmagasiné cette charge émotive.  De façon très perceptible, ce noeud se situe au niveau du cœur. J’en ressens immédiatement la densité et la lourdeur. Telle une bobine de fil qui se délie,  je me laisse guider jusqu'à l’origine de cette mémoire. Nous voici dans une vie passée, dans un lointain troublé où Azalée a vécu une expérience amoureuse désastreuse. Charmée par un jeune homme aux allures avenantes, elle est conquise et l’épouse, convaincue de conclure une union harmonieuse.  Or, cet homme  se révèle un véritable despote et la jeune femme plonge dans un quotidien infernal et oppressant; elle sombre dans une profonde dépression.

De cette mémoire passée, Azalée a conservé une méfiance  envers les hommes, une crainte de se faire berner. D’un naturel très transparent et franc, elle ne peut supporter la duplicité. Or, dans cette vie-ci, son père, dans une note beaucoup moins grave, incarne ce travers. Il arbore en public un visage souvent facétieux, sans laisser percer ses attitudes beaucoup moins amènes dont il fait étalage en privé, et tout particulièrement envers ses enfants.

En allant déraciner cette mémoire, Azalée sent la charge émotive qui l’enserrait se délier. Elle vient de chasser de sa psyché, un carcan mémoriel qui entachait son élan vers autrui et tout particulièrement envers la gent masculine. La voici allégée d’une lourde entrave à son ouverture aux autres.