PagesParce que naître laisse des traces pour la vie...

mercredi 29 juin 2016

De nos vies passées se trame notre présent



La trame de notre vie se tisse à partir de nos expériences récentes, mais surtout celles issues de nos histoires oubliées. 

Comme un vieux grimoire, les mémoires de nos vies passées sont inscrites dans nos cellules,  dans nos corps subtils et se manifestent dans notre quotidien de multiples façons.

Voici une courte anecdote à ce propos:

Une jeune femme prénommée Mia effleure sa main sur une surface acérée et se blesse. La coupure est superficielle et quelques gouttes de sang jaillissent. Mia constate que sa blessure est mineure et qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Malgré tout, quelques minutes après l’incident son corps s’affole, sa pression sanguine est à la hausse : son coeur palpite, elle ne sent plus ses jambes, sa vue s’embrouille, elle a des sueurs froides, la nausée; elle panique. Cette réaction est en totale disproportion avec la situation. Aucune logique ne peut tenir : c’est un réflexe surgi de ses mémoires passées.    Si elle ne peut se remémorer ces souvenirs anciens, son corps se souvient et réagit.  Il s’agit d'une mémoire d’une autre vie où elle est décédée au bout de son sang, suite à des sévères blessures infligées lors d’un combat. Une agonie vécue dans une vie passée qui se manifeste maintenant par une empreinte traumatique.  Dans sa vie actuelle, très loin de ce passé guerrier, Mia a une forte tendance à être hypocondriaque, à angoisser au moindre malaise. Son corps se souvient de ses souffrances passées et s’affole au moindre signe de dérèglement, à la possibilité de replonger dans la douleur et l’agonie. Et ces pointes d’angoisse ne peuvent être apaisées par la volonté.

En retournant à la source de ce trauma, et en déracinant l’empreinte de cette vie passée,  les symptômes d’hypocondrie vont se résorber.  Ceci n’est qu’un exemple de l’impact de nos mémoires sur nos comportements.  

Nous sommes d’abord énergie et le souffle de nos mémoires s'inscrit dans notre corps lors de notre incarnation. Ce bagage émotionnel forme l’amalgame de notre unicité, de notre individualité. Ces mémoires anciennes sont perceptibles dans le champ énergétique de chacun. Différentes méthodes permettent de s’en départir, dont la régression et la médecine énergétique.

Les mémoires lourdement chargés de traumas sont très souvent la source de nos fragilités, de nos zones de sensibilité, tant sur le plan physique qu’affectif.   En contrepartie, les mémoires nous ramènent aussi à nos savoirs anciens, à nos habiletés, de nos passions. De la résurgence de ces connaissances passées émergent les jeunes prodigues en musique,   tout comme ces artistes qui reprennent le pinceau avec un talent développé de longue date. 

Les enfants naissent avec des prédispositions, des intérêts qui les distinguent. Écouter et respecter ces élans est fondamental pour leur bien-être, leur estime personnelle, pour la poursuite de leur quête, de leur mission de vie. Les dérouter les entraîne dans la confusion et le profond mal-être…des maux si tristement courants. 

Ces mémoires nous aident à remonter le fil de notre histoire, à embrasser notre existence avec vastitude et à nous percevoir dans un spectre beaucoup plus large que celui de notre passé récent relié à notre famille et notre environnement socioculturel.  Nous y retrouvons la continuité de notre chemin de vie, une compréhension et un respect de notre unicité et cette impulsion précieuse de se mettre à l’écoute de nos sens,  de notre intuition,  pour avancer sur notre route porté par un puissant sentiment de cohésion avec soi-même, avec la Vie.

dimanche 11 octobre 2015

Qu'est-ce que la médecine énergétique?

"Iris" de Van Gogh

"À travers les enseignements orientaux, nous savons que le corps physique est le dernier maillon d'une longue chaîne vibratoire: nous sommes un agrégat de sept corps ou de sept champs d'énergie.

Il existe une relation fondamentale entre le corps physique et les corps subtils. Il est désormais clair qu'il est possible d'exercer un impact thérapeutique sur les conditions physiques et émotionnelles en travaillant sur les structures énergétiques qui sont en équilibre dynamique avec le corps physique.

Nos corps d'énergie jouent un rôle majeur dans le maintien de notre santé. Des perturbations énergétiques dans le corps éthérique, le premier corps subtil de la tradition, précèdent la manifestation de "patterns" anormaux dans l’organisation cellulaire. La maladie se manifeste dans le corps physique après que des perturbations de flux énergétique se sont cristallisées dans les patterns structurels subtils des corps ou du champ d'énergie. Et l'une des meilleures manières d'altérer ces dysfonctionnements dans les corps subtils est d'administrer des doses thérapeutiques d'énergie subtile sous forme de médecine vibratoire."

J'apprécie la simplicité et la clarté de cette description, j'ajouterais que dans ma pratique, j'utilise le magnétisme pour intervenir sur les corps subtils, pour ressentir et diluer les blocages émotionnels, pour corriger un malaise, un trouble du comportement ou pour en prévenir l'évolution vers la maladie dans le corps physique.   Dans nos corps subtils et plus précisément le troisième corps, le corps astral,  nous pouvons également accéder à des informations, des fréquences qui vont bien au-delà de la perception humaine habituelle et entrer dans les mémoires karmiques. Accéder ainsi aux mémoires des vies antérieures permet d'élargir notre compréhension de nos traits de personnalité.  On y trouve souvent des réponses à des problèmes affectifs ou psychosomatiques inexpliqués, à des attachements, des attirances, des dégoûts, des angoisses, des phobies, etc. Ces perturbations se révèlent alors comme des résidus karmiques d'une existence passée qu'il est possible de neutraliser pour en effacer l'incidence dans la notre vie actuelle.

Une piste thérapeutique qui ouvre sur des guérison profondes; une médecine en puissance dont la pratique m'émerveille chaque jour un peu plus.


Source: Tirée de la préface du livre "La médecine de l'âme du Dr. Edward Bach" de Léom Rénard. Préface écrite par Patrick Drouot.

samedi 5 juillet 2014

Rompre les liens énergétiques qui nous enchaînent

Avez-vous déjà eu l'impression d'être liée à des personnes de votre entourage par delà votre volonté;  de subir leur ascendant sans pouvoir vous en prémunir ?

Avez-vous déjà souhaité vous libérer d'une relation amoureuse indésirable sans parvenir à rompre ce lien; un lien si fort qu'on le confond aisément avec le réel sentiment amoureux?

Nous tissons avec gens qui composent notre entourage, famille proche ou élargie, amis, etc., une trame énergétique invisible pour l'oeil non aguerri, mais néanmoins réelle. Ce tissu social et surtout personnel nous relie à des personnes avec lesquelles nous souhaiterions parfois prendre une salutaire distance, mais dont la force des liens dépasse notre entendement. Pour illustrer ce phénomène, voici quelques bribes de l'histoire de Nohémie.

Jeune femme dans la trentaine, Nohémie  a vécu une gestation et une naissance fort compliquées et émotivement très éprouvantes. Elle a été confiée en adoption, mais sans que l'identité de ses parents biologiques ne soit estompée. Son père biologique a d'ailleurs conservé des relations épisodiques avec elle.

Ces imbroglios affectifs ont laissé des traces importantes sur la santé physique et émotionnelle de Nohémie et elle souhaite maintenant se délester de ce maillage pour retrouver un meilleur équilibre.  Le travail énergétique sur ses empreintes de naissance est complexe, mais une des étapes importantes pour Nohémie a été de rompre les liens énergétiques qui créaient une dépendance affective avec son père adoptif.

Précision: les liens énergétiques sont lourdement chargés d'émotions vives, souvent des peurs, dont la peur de l'abandon, du rejet, etc. Ces attaches se distinguent des liens du coeur qui n'alimentent pas d'interdépendance.

Or, lors d'une séance avec Nohémie, j'ai rompu pour elle les liens énergétiques très solides qui la soudaient à son père adoptif, afin de les affranchir tous les deux. Les résultats ont été immédiats. Nohémie a ressenti une réelle libération et à l'autre bout de la maison, son père adoptif qui ignorait complètement la nature de la séance a soudainement été pris de vertiges et de nausées. Il était déstabilisé.  Je suis allée lui prêter main-forte pour atténuer ces symptômes et recentrer les liens qui l'unissent à Nohémie vers le coeur, au profit une relation affective beaucoup plus libre. Un lien coeur à coeur, épuré de la peur de perdre, de la peur du rejet, de la crainte de ne pas être à la hauteur, etc.

Cette cassure, non seulement permet aussi à Nohémie de se sentir moins étouffée émotivement, mais elle se sent maintenant complètement libre d'entrer véritablement en relation avec son autre père, son papa bio, sans être encombrée par ses craintes viscérales et souvent inconscientes d'attrister son père adoptif.

Ces ruptures énergétiques permettent de favoriser des relations plus assainies,  plus volontaires, et non forgées à notre insu de lourds enjeux émotifs extrêmement contraignants.

Un tout nouveau chapitre de l'histoire de familiale de Nohémie vient de commencer et elle ressent, pour la première fois, qu'elle pourra en dicter de larges passages. Elle pourra maintenant décider consciemment de la tournure qu'elle souhaite donner à sa propre histoire,  sans en subir silencieusement le déroulement à son corps et à son coeur défendants.


par Madeleine
À partager, si vous le souhaitez, car c'est pour cela que j'écris…pour partager!


crédit photo: finerminds.com

mardi 1 juillet 2014

Délester en soi une mémoire de trahison, pour s’ouvrir à l’autre…


Azalée émerge de son sommeil, barbouillée et encore fébrile d’un rêve oppressant. Une boule lui enserre la gorge et noue son estomac.  Elle se remémore de larges pans de ce songe bien symbolique. Elle ressent encore une tristesse et un désarroi abyssal, elle n’avait jamais ressenti un désespoir si vif, même dans les passages les plus ombragés de son adolescence, cette période la plus difficile de sa jeune existence.  Elle a maintenant 23 ans, au seuil de sa vie d’adulte et de femme.

Dans ce rêve, elle se sent exclue du monde qui l’entoure, ignorée et même dénigrée. Lorsqu’un homme s’approche d’elle et qu’un intérêt amoureux s’éveille, elle voit le visage de cet homme remplacé par celui de son père!!!! Cette dernière portion de son rêve s’avère un cauchemar récurrent, où un homme la séduit puis arbore soudainement les traits déformés et quasi hideux de son père. Une image qui la révulse au plus haut point !   Or, ce songe ramène en surface avec acuité des émotions en latence qu’elle tente de diluer depuis de nombreuses années, et notamment un doute  envers la constance et l’intégrité les hommes.

En apposant les mains sur elle, je laisse ses émotions reliées à ce rêve me conduire  là où son corps a emmagasiné cette charge émotive.  De façon très perceptible, ce noeud se situe au niveau du cœur. J’en ressens immédiatement la densité et la lourdeur. Telle une bobine de fil qui se délie,  je me laisse guider jusqu'à l’origine de cette mémoire. Nous voici dans une vie passée, dans un lointain troublé où Azalée a vécu une expérience amoureuse désastreuse. Charmée par un jeune homme aux allures avenantes, elle est conquise et l’épouse, convaincue de conclure une union harmonieuse.  Or, cet homme  se révèle un véritable despote et la jeune femme plonge dans un quotidien infernal et oppressant; elle sombre dans une profonde dépression.

De cette mémoire passée, Azalée a conservé une méfiance  envers les hommes, une crainte de se faire berner. D’un naturel très transparent et franc, elle ne peut supporter la duplicité. Or, dans cette vie-ci, son père, dans une note beaucoup moins grave, incarne ce travers. Il arbore en public un visage souvent facétieux, sans laisser percer ses attitudes beaucoup moins amènes dont il fait étalage en privé, et tout particulièrement envers ses enfants.

En allant déraciner cette mémoire, Azalée sent la charge émotive qui l’enserrait se délier. Elle vient de chasser de sa psyché, un carcan mémoriel qui entachait son élan vers autrui et tout particulièrement envers la gent masculine. La voici allégée d’une lourde entrave à son ouverture aux autres.


mardi 14 janvier 2014

Traces de vie

Le placenta révèle l'arborescence d'une vie, car il est le gardien de notre histoire, de la préconception jusqu'au bout de notre existence. Même détaché du nouveau-né, il reste présent dans notre corps énergétique  et demeure notre alter ego bien actif en colligeant tous les détails de nos mémoires, de notre histoire émotionnelle. Là, se trouvent les racines de nos blocages émotifs, ces commencements parfois si difficiles à retracer….







Voici une magnifique photo d'un placenta réalisée par:
www.treeoflifebirthphotography.com

samedi 21 décembre 2013

Votre placenta : le gardien de votre histoire.



En internaute prévoyant, vous avez assurément, branché à votre ordinateur, une unité de sauvegarde de vos données.  Votre ordinateur accumule une quantité importante d’information dans sa mémoire cachée ou vive et il est facile d’en perdre la trace. S’il survient un virus et tout disparaît,  il sera possible de retrouver votre historique en allant consulter l’unité de sauvegarde. 

Eh bien, saviez-vous que votre placenta s’apparente à une unité de sauvegarde?  
Toute votre histoire personnelle y est consignée. 

Empreinte d'un placenta

Le placenta est un organe extraordinaire et méconnu.  Relié au bébé par le cordon ombilical pendant toute la durée de la grossesse, il est considéré comme l’alter ego du bébé.  Il en  possède les mêmes caractéristiques, le même bagage génétique et les mêmes empreintes émotionnelles, exactement comme une interface de sauvegarde.  
Et cet archivage se poursuit toute la vie durant, même si le placenta a été évacué après la naissance et séparé du nouveau-né.  Il n’est plus lié au corps physique, mais demeure dans l’enveloppe énergétique de chaque individu. Une personne ayant subi une amputation ressent toujours la présence de son membre disparu, car il est effectivement toujours énergétiquement présent. De la même façon,  le placenta demeure actif tout au cours de l’existence d’un individu.  Et ce précieux allié s’avère l’inestimable gardien de nos mémoires.

En grandissant, les êtres humains ont une propension à sublimer les évènements marquants de leur vie et à les stocker dans leur inconscient. Il s’agit d’un réflexe de survie affective. Or, jeter le voile sur nos stigmates ne les neutralise pas pour autant, bien au contraire. Les pistes étant brouillées,  il peut s'avérer très ardu de remonter le fil de notre histoire pour trouver l’origine de nos troubles physiques ou affectifs; d’où le recours à des méthodes d’analyse, comme la psychanalyse, pour aller débusquer dans l’inconscient l’origine occultée de certains maux. 

Or, le placenta est comme un livre d’histoire sans censure et sans mécanismes de protection où l’on peut retracer et déloger les traumatismes qui y sont archivés.  

En médecine énergétique, le maintien de la santé et de la vitalité repose sur la libre circulation du flux énergétique dans le corps humain. Ce champ d’énergie est bien palpable autour du corps humain, même si invisible pour la plupart des gens;  exactement comme l’électricité ou les champs électromagnétiques échappent à nos perceptions visuelles. 

Or, l’énergie précède la matière. Autrement dit, nous sommes d’abord énergie et le corps  humain est l’enveloppe ultime qui nous contient.  Les nœuds émotifs,ou blocages, apparaissent donc dans notre enveloppe énergétique avant de se manifester dans le corps physique.  Un traitement en énergétique dénoue ces blocages à leur source. 

Or, le placenta nous offre un accès direct à ces mémoires. Il est en effet plus aisé de les retracer et de les évacuer en les débusquant dans cette unité de stockage. 

Un soin énergétique sur le placenta, dès la naissance d’un enfant, l’aide à se départir de ses empreintes de naissance,  et même de ses mémoires transgénérationnelles.  Car les parents lèguent un bagage génétique à leur progéniture, mais ce bagage peut être lourd, de toute une lignée, des générations passées et de l’héritage socioculturel.  C’est ce que la science nomme l’épigénétique. 

Jeter du lest dans ce passé accablant ne peut qu’aider les nouveau-nés à amorcer leur existence plus allégés, et plus près de leur véritable essence. 

lundi 18 novembre 2013

Soin énergétique du placenta

 
Empreinte d'un placenta sur papier aquarelle
Le placenta est relié par le cordon à l’enfant, et non à la mère. Il est considéré comme l’alter ego du nouveau-né et en partage les mêmes caractéristiques. L’empreinte d’un placenta sur un papier nous révèle un arbre, une arborescence; à l’image d’une vie dont la généalogie et l’histoire toute personnelle s’inscrivent déjà dans le placenta.


Une personne qui a subi l’amputation d’un membre en ressent encore la présence, comme si son membre était toujours là.   Et de fait, dans son enveloppe énergétique, son corps est toujours complet. Il en va de même pour le placenta, qui sera toujours énergétiquement relié à l’enfant.

Ainsi donc, même si le cordon ombilical est coupé et que le placenta  est séparé du nouveau-né, un soin énergétique pratiqué sur le placenta aura les mêmes bienfaits sur l’enfant.

Toute naissance s’avère un passage difficile et tout particulièrement les naissances bousculées. Les séquelles liées aux premiers stades de vie se révèlent les plus importantes dans le développement futur de l’enfant.  C’est ce que l’on nomme les empreintes limbiques.  Ces empreintes altèrent la vitalité physique et émotionnelle de chaque être humain.

Or, ces empreintes  encore fluides à la naissance se cristallisent avec le temps et créent des blocages dans le flux énergétique du corps. Heureusement, il est possible de libérer ces  empreintes dès les premiers jours de vie d’un enfant afin de lui permettre de prendre son essor,  sans entrave.

Voilà l’aide que j'apporte aux tout-petits.